Lundi 20 Novembre 2017 - 14:38:41
Couvert
10 °C
  • Couvert
  • Signalé le :
    20. Novembre 2017 - 14:00

Origine et Histoire

Origine du nom

Le premier lieu-dit connu dans la commune est la "Jarnigandière". Puis au XIIème siècle les moines bénédictins de l'ordre de Cluny fondent le prieuré de l'ordre de "CLUNY DE BROSILIS". En 1120, on écrivait "BROSILIIS", au début du XIVème siècle "BROSILIS". Ce terme semble dérivé directement de "brolium" contraction de "Brogilium" (Ogiliom désignait le bois sacré). De prime abord, on serait tenté de le situer en forêt de Grasla.

C'est à partir de 1373-1374 que nous trouvons l'orthographe actuelle du mot "BROUZILS". D'autres ont prétendu que "Brouzils" venait du mot "Broussailles" à cause de la forêt de Grasla.

Un peu d'histoire

Des haches néolithiques, conservées dans les musées nantais, ainsi que la Pierre Blanche, et la tradition païenne qui s'y rapporte, attestent l'occupation ancienne du territoire.
Les toponymes, la plupart postérieurs au début de l’ère chrétienne, donnent davantage d'explications. La Girardière a une origine gallo-romaine : le lieu appartient au seigneur de Montaigu au cours du Moyen Age.
Le bourg, implanté autour du prieuré, du XIIè siècle, domine la paroisse.
Des villages se répartissent sur tout le territoire : Le Plessis, cité dès 1220, évoque le bocage, La Fraisière est mentionné dans un aveu de 1384 et La Noirbretière est évoqué en 1550, son statut de ligence, poste de défense seigneuriale, remontant au Moyen âge.
Comme dans l'ensemble de la région, fortement touchée par les guerres de Religion, une partie des Brouziliens se convertit au protestantisme. Les cas les mieux connus appartiennent à la petite noblesse locale, telle la famille Sajot. Lors de la révocation de l'édit de Nantes, en 1685, Charles Sajot, de La Bedoutière, étant Protestant, émigre à Southampton. Son frère, René Isaac, son second prénom indiquant une tradition protestante, est catholique. L'une de ses filles meurt carmélite en 1772. En 1794, une partie de la population se cache dans la forêt de Grasla, tandis qu'une autre partie suit l'armée vendéenne au nord de la Loire durant La Virée de Galerne.
Quelques familles fuient les combats, se réfugiant à Nantes. Environ 250 Brouziliens meurent durant les guerres de Vendée. Pendant la Première Guerre mondiale, marquée par l'arrivée de réfugiés des Ardennes, de nombreux hommes sont tués au front. Dans les années 1960, Les Brouzils est amputé d’un millier d'hectares au profit de la commune voisine de L’Herbergement. Cette mutation foncière met fin à une querelle centenaire, née du passage du train reliant Nantes aux Sables d’ Olonne. La commune, essentiellement rurale, accueille de nombreuses usines. L’artisanat, le commerce et l'agriculture y sont également représentés